vendredi 8 mars 2013

Dincourt d’Hangard n’était pas tout seul

Pierre-Antoine-François Dincourt, chevalier, seigneur d’Hangard (Somme) et autres lieux, naquit à Amiens le 16 octobre 1743.


Château de Hangard avant la Première Guerre mondiale
Avant la Révolution, il était domicilié à Paris, chez Didot, imprimeur, rue Pavée-Saint-André-des-Arts, 1ère porte cochère à droite, au second. « D’Hangard, amateur assez peu instruit, disait Renouard, s’avisa de faire vendre ses livres pour se donner le sot plaisir de voir comment on payeroit ses curiosités. » Il vendit donc sa bibliothèque, une des plus belles de son temps, à deux libraires du quai des Augustins, Jean-Baptiste-François Née de La Rochelle (1751-1838) et François Belin, dit « Junior » (v. 1760-1797), qui la livrèrent aux enchères publiques, en l’une des salles de l’hôtel Bullion, à partir du lundi 9 mars 1789 : Catalogue des livres choisis et bien conditionnés du cabinet de M *** (Paris, Née de La Rochelle et Belin Junior, 1789, in-8, ix-11 [chiffrées 10-20]-270-[2] p., 2.499 lots) ; certains exemplaires de ce catalogue comportent les prix imprimés à la fin et un supplément de 175 articles en 18 pages ; il a été tiré 25 exemplaires de ce catalogue en grand papier. L’ « Avertissement » des libraires fait l’apologie d’un goût qui se défend de lui-même :


Un des 25 exemplaires sur papier azur
New York, Christie's, 22 mars 2005, 2.040 $
« Lorsqu’une Bibliothèque réunit ce que la Littérature a de plus excellent, ce que la Presse a produit de plus beau, & ce que l’Art de la Relieure a exécuté de plus parfait, c’est un puissant motif de recommander aux Amateurs de jeter les yeux sur le Catalogue que l’on en publie. […]
Depuis long-temps il n’a point été vendu de collection plus importante que celle-ci, & qui fut plus digne de cette classe de curieux que l’on appelle les Gourmets de la Littérature. Elle est principalement remarquable par la quantité d’Auteurs classiques Grecs & Latins qu’elle renferme, par un bon choix d’Auteurs François, Italiens, Espagnols & Anglois les plus estimés. Les classes de Théologie, des Sciences, des Arts & de l’Histoire offrent un très grand nombre d’ouvrages rares ou utiles. Les Exemplaires en sont parfaits pour la plûpart, & si l’on observe que c’est ici le Cabinet d’un curieux qui a pu dîmer dans les Bibliothèques de MM. Le MariÉ [1776], Gouttard [1781], Randon de Boisset [1777], Mariette [1775], de la Valliere [1783], Paris de Mezyeux [1779], & dans les ventes les plus intéressantes qui se sont faites depuis plusieurs années ; que ce même curieux a fouillé les magazins les mieux assortis de la Librairie, qu’il a rassemblé à grands frais plusieurs belles éditions des Aldes & des Etiennes, presque toutes celles des Elzeviers ; les chef-d’œuvres d’Ibarra & ceux de Bodoni, les éditions si célèbres  de Baskerville, de Foulis, de Balfour & Ruddimann, & enfin toutes les belles productions des presses de MM. Didot & des plus célèbres Imprimeurs François, on se convaincra que les éloges que nous donnons à cette collection n’ont rien d’exagéré ni de suspect.
A la vue de tant de livres imprimés sur grand papier, & de plusieurs exemplaires d’une même édition exécutée en divers formats, soit sur des papiers plus beaux les uns que les autres, soit sur du velin d’Italie, nous entendrons peut-être renouveller les murmures de quelques hommes peu fortunés ou peu curieux, qui ne conçoivent pas que l’on puisse élever ses désirs au-delà des éditions de Quinet, de Sercy, de Ribou & de la veuve Oudot. Sans doute, ils vont nous demander à quoi bon toutes ces belles choses ? & ils ne manqueront pas de traiter de Bibliomanes tous ceux qui paroîtront vouloir les acquérir ; mais, nous leur répondrons que chacun est libre de boire des eaux de l’Hypocrène dans la coupe qui lui convient, & que pour qui veut s’enyvrer en homme délicat, mieux valent les vins de Tockai, de Pomare & de Lunelle, que ceux de Surenne ou de Pierrefitte. » [sic]

D’Hangard avait également acheté la bibliothèque de Naigeon qui connaissait alors des embarras pécuniaires et qui, comme en témoigne cette lettre du 4 décembre 1782, s’employa ensuite à recouvrer quelques livres d’affection, au nombre desquels se trouvait un exemplaire relié par Derome du Bayle de 1740 :

« Je compte toujours, Monsieur, sur la promesse que vous m’avez faite de me donner, à la nouvelle année, un sac de 1.200 livres. Cela vous liquidera toujours d’autant, et moi, cela me fera arranger mes petites affaires et me donnera le temps d’attendre la recette de mon petit revenu que je ne touche que tous les ans au quinze de may. Quelque important qu’il soit pour moi, vu ma position, d’avoir ces 1.200 livres vers la nouvelle année, ce n’est pourtant pas là, Monsieur, l’objet de ma lettre, car, comme vous m’avez promis formellement de me faire ce payement, j’y comptois, et ne vous aurois pas importuné d’une lettre pour une affaire que je regardois comme arrangée entre nous. Mais l’objet de ma missive est de vous prier de me céder au même prix le Bayle de 1740. J’ai à tout moment besoin de ce livre. Ce ne peut être pour vous un sacrifice, puisqu’on trouve en feuilles ce livre tant qu’on veut, et que, ne travaillant pas dessus comme moi, vous pouvez vous donner le loisir de le faire relier de même par Derome ; il sera même plus frais que le mien, dont je me suis uniquement servi pendant huit ans. Considérez, Monsieur, que la vie est un commerce réciproque de services rendus et reçus. Si ce livre étoit un ouvrage un peu rare, ou même difficile à trouver, je ne serois pas assez indiscret pour vous prier de me le céder, vous ayant vendu une fois ma bibliothèque. Pour moi qui travaille et qui ai besoin trois ou quatre fois par jour de ce livre, jugez si j’ai comme vous le temps d’attendre que Derome ou Chamon me relie cet ouvrage. Tout ce qui a pu vous faire plaisir et qui a dépendu de moi, je l’ai fait ; je vous ai prévenu et j’ai devancé vos désirs en vous promettant mes trois volumes de Sévigné sans cartons ; je vous les ai donnés avec plaisir pour un exemplaire cartonné. Je serai encore dans le cas de vous obliger de la même manière, et il me semble que ma conduite avec vous mérite de votre part quelque égard. J’ai même été plus loin : je vous ai offert de vous donner en troc, et comme un bon à compte, le Montesquieu, gr. p., relié magnifiquement par Baumgarten [le plus célèbre des relieurs anglais] : c’est le plus grand sacrifice que je puisse faire en ce moment, car j’aime ce livre comme mes yeux, et d’autant plus que le relieur est mort et n’en fera plus. Enfin, Monsieur, voilà le plaisir que je vous demande. Si vous me refusez, je ne vous cache pas que j’en serai profondément blessé, car je verrai alors que vous vous souciez fort peu de me faire de la peine. Encore un coup, je ne vous demande rien qui puisse être pour vous un sacrifice, et moi j’en ai fait un grand en vous offrant mon Montesquieu, qui est le livre le mieux relié que vous ayez dans toute votre bibliothèque. » [sic] (Robert Luzarche. Une lettre inédite de Naigeon. In Le Chasseur bibliographe. Paris, François, 1863, novembre, n° 11, p. 7-10)

Le catalogue ne donne pas de noms de relieurs français et cite deux relieurs anglais. Parmi toutes les provenances citées, toutes répertoriées ci-dessous, on remarque 18 lots provenant de la bibliothèque du comte d’Hoym et deux exemplaires ayant appartenu à Grolier :   
 
5. Nov. J. C. Testamentum, graecè, cum variantibus & paralipomenis Jo.Millii. Oxonii è Theatro Sheldoniano, 1707, in-fol. mar. violet aux armes du comte de Hoym.
15. Nov. J. C. Testamentum, latinè.Paris. T. R.. 1649, 2 vol. in-12, mar. violet, aux armes du comte de Hoym.
91. Traité des restitutions des Grands (par Cl. Jolly) avec une Lettre sur quelques points de la Morale chrétienne ; 1665, p. in-12, v. f. aux armes du comte de Hoym.
162. Les Pensées de Simon Morin, avec ses Cantiques & Pensées spirituelles ; sa déclaration après sa sortie de la Bastille, & l’Arrêt du Parlement qui condamne Morin à être brûlé vif ; 1647, in-8. mar. r. dent. exempl. de M. de Cangé, avec quelques notes de la main de ce curieux. On peut consulter la Bibliographie instructive sur la rareté de cet Ouvrage, N°. 845.
195. Observations sur un Livre intitulé de l’Esprit des Loix par M. Dupin. Paris, 3 vol. in-8. mar. r. Ouvrage dont on assure qu’il n’existe que six exemplaires que l’Auteur a distribué à ses amis. Voyez le Catalogue des Livres du Cabinet de M *** dont la vente a commencé le 19 Novembre 1787, par M. Debure l’aîné.


368. Il novo Cortegiano de vita cauta & morale. Senza l’anno, il nome della citta e del Tipografo, in-4. veau antiq. ex. de Grolier. Ce livre paroît avoir été imprimé vers 1530. Vendu 3 livres et 12 sous.
441. Hier. Cardani de subtilitate libri xxi. Norim. 1550, in-fol. v. f. aux armes du comte de Hoym.
591. Car. Clerck Icones Insectorum rariorum, eum nominibus eorum trivialibus, locisque è C. Linnaei systemate naturali allegatis ; Holmiae, 1759, in-4. avec les figures enluminées & relié en mar. viol. dent. doublé de tabis. Ce Livre est de la plus grande rareté, & l’exemplaire est connu pour sa perfection ; il vient de la belle collection de M. de Limare dont on peut consulter le Catalogue, n°. 782. Il fut acheté 720 liv. à cette vente.
592. Ejusdem Car. Clerck Aranei Suecici, descriptionibus & figuris aeneis illustrati, Suecicè & Latinè. Stockolmiae, Jo. Salvius, 1757, in-4. fig. enluminées, mar. viol. dent. doublé de tabis, exemplaire sur papier fort, d’un livre très-rare ; c’est celui de M. de Limare, sur lequel on peut consulter son Catalogue, n°. 783. Il a coûté 600 liv. à cette vente.



629. And. Baccii de naturali Vinorum historia, de Vinis Italiae & de conviviis antiquorum libri VII. Romae, Mutius, 1596, in-fol. v. f. f. d. s. tr. Exemplaire du comte d’Hoym. Ouvrage rare & très intéressant par son objet. Voyez la Bibliographie instructive, N°. 1.850.
802. Laurentii Vallae Elegantiarum libri sex, & de reciprocatione sui & suus Libellus. Venetiis, Aldus, 1536, gr. in-8. v. br. Exemplaire qui a été offert à François Ier. Roi de France, & qui porte ses armes & sa devise.
876. M. T. Ciceronis operum tomus primus ex Petri Victorii castigationibus. Lugduni, Gryphius, 1540, in-8. Exemplaire qui a appartenu à Jean Racine ; on y trouve des notes écrites par lui-même, & sa signature existe sur le titre.
991. Les Poésies d’Anacréon & de Sapho, trad. en françois, avec des remarques, par Mad. Dacier. Amst. 1699, p. in-8., v. f. Exemp. du comte de Hoym.
1.029. Lucrezio Caro, tradotto da Aless. Marchetti. In Londra, Pickard, 1717, in-8. gr. pap. Mar. citron, aux armes du comte de Hoym.
1.048. Virgilius ex recensione. Nic. Hem. Amster. apud Elzevirios, 1676, in-12, mar. violet. Ex. du comte de Hoym. Cette édition est l’une des plus correcte qui existent.


Sans lieu [Paris], sans date [1548]
Edition dite "à la tête de mort"

1.173. Theod. Bezae Poemata Juvenilia. Editio excusa ad insigne capitis mortui absque anno, in-16. mar. citron.
1.202. Merlini Coccaii (Theoph. Folengi) Opus Macaroricorum. Tusculani, per Alex. de Paganinis, 1521, in-12. v. f. Exemplaire aux armes du comte d’Hoym, très-complet, avec l’épître de l’Imprimeur Paganini. Voyez la Bibliographie instructive, N°. 2.951.
1.239. La Guirlande de Julie pour Madlle de Rambouillet, Julie-Lucine d’Angennes. In-8. relié en maroquin rouge, semé du chiffre de Madelle de Rambouillet. Cet ouvrage, écrit par Nicolas Jarry en 1641, offre un chef-d’œuvre de galanterie & le modèle de la plus parfaite écriture. Il ne passe que rarement dans les ventes publiques des articles aussi dignes de piquer la curiosité des amateurs.
1.251. Fables choisies, mises en vers, par de la [sic] Fontaine. Anvers, H. Van Dunewalt, 1688 & 1694, 5 part. reliées en 2 vol. in-12. fig. mar. r. aux armes du comte de Hoym.
1.307. Noei Borguignon de Gui Barozai (M. de la Monnoye). Ai Dioni, Abran Lyron de Modène, 1720, in-8. v. f. d. s. tr. pap. fin. C’est l’exemplaire de M. de la [sic] Monnoye, avec quelques corrections écrites de sa main.



Type de reliure par Edwards

1.397. Terentius. Birminghamiae, Typis Jo. Baskerville, 1772, in-8. dont la relieure peut passer pour un chef-d’œuvre. Elle est en velin blanc, orné d’une dentelle d’or très-légère. Sur un côté de la couverture on a peint la Muse de la Comédie, & sur l’autre côté se voit la Muse de la Poésie Pastorale. La tranche, quoique dorée, présente, lorsqu’on la fait jouer, une vue d’un château antique & du Paysage qui l’environne. Ce genre de relieure, inventé par un Artiste Anglois nommé Edwards [famille – le père et ses quatre fils – de relieurs et libraires originaire de Halifax (Yorkshire)], est aussi riche qu’agréable, & il ne se trouve en France pour le moment, qu’un bien petit nombre de livres reliés ainsi.



1.409. Rodogune, Princesse des Parthes, tragédie de P. Corneille. Au Nord, 1760, in-4. fig. br. Cette tragédie a été imprimée en partie par Madame de Pompadour, & en partie sous ses yeux dans son appartement.
1.444. Poesie dell’Abbate P. Metastasio. In Parigi, presso la Vedova Quillau, 1755, 10 vol. in-8. grand papier, mar. r. d. s. tr. Exemplaire de M. Randon de Boisset, où se trouve un carton, tom. 2, pag. 341 & 342, qui n’est dans aucun autre. On y a joint aussi l’extrait du Journal de Trévoux, avec des additions aux réflexions du Journaliste sur cette édition de Metastase.
1.588. Histoire de Primaleon de Grece, continuant le Discours de Palmerin d’Olive, trad. en franç. par François Vernassal. Paris, 1572, 4 vol. in-8. mar. v. Exemplaire du comte Hoym.
1.646. L’Heptameron, ou Histoire des Amans fortunés des nouvelles de très-illustre & très-excellente Princesse Marguerite de Valois, Reine de Navarre, remis en son vrai ordre, par Claude Gruget. Paris, 1567, in-16. mar. r. lavé, réglé. Exemplaire du comte d’Hoym.
1.697. Les Œuvres de maître François Rabelais. Lyon, Estiart, 1596, in-16. v. f. aux armes du comte d’Hoym.


1.714. L’Éloge de l’Yvresse, (par Sallengre). La Haye, 1715, in-12. v. f. Exemplaire du comte de Hoym.


1.718. Les Etrennes de la St. Jean, (par le Cte de Caylus, & autres) Troyes, veuve Oudot, 1742, in-12. v. f.
1.792. Philostratorum quae supersunt omnia, gr. & lat. edente Gotfrido Oleario. Lipsiae, 1709, in-fol. papier fin, v. br. Exemplaire de M. Gouttard.
1.807. Œuvres de M. de Montesquieu. Londres (Paris), 1777, 3 vol. in-4. grand papier v. m. dent. reliure de Baumgharten.
1.812. Tutto le opere di Nic. Machiavelli. In Firenze, 1550, in-4. v. f. fil. d. s. tr. Exemplaire de M. l’Abbé de Rothelin.
1.845. Des. Erasmi Colloquia. Lugd. Bat. apud Elzevirios, 1645, petit in-12. mar. violet, aux armes du comte de Hoym.
2.048. La Cyropédie de Xénophon. – De la Vie et Institution de Cyrus, roi de Perse, trad. du grec par Jacq. des Comtes de Vintimille. Lyon, de Tournes, 1555, in-4. mar. cit. Exemplaire qui a appartenu à Catherine de Médicis, femme de Henri II, à qui l’ouvrage est dédié.
2.088. Polybii historiarum libri qui supersunt, gr. & lat. cum notis Isaaci Casauboni. Paris, Drouard, 1609, in-fol. mar. cit. Exemplaire de M. de Boze. Voyez son Catalogue N°. 1.690.
2.108. Tacitus, cum notis H. Grotii. Lugd. Bat. apud Elzevirios, 1640, 2 vol. p. in-12. mar. rouge doublé de mar. lavé, réglé, aux armes du comte de Hoym.
2.130. Histoire de Dion Cassius de Nicée, abrégée par Xiphilin, & trad. en franç. par M. de B. G. (de Bois-Guillebert.) Paris, 1674, 2 vol. in-12. v. f. Exemplaire du comte d’Hoym.
2.168. De re vestiaria libellus ex Baysio excerptus. Lugd. Gryphius, 1536, in-8. veau antiqué, exemplaire de Grollier [sic].
2.227. Histoire de France, par Mezeray. Paris, Guillemot, 1643, & années suivantes, 3 vol. in-fol. fig. br. Exemplaire conforme à la description qui est consignée dans le Catalogue Gouttard, n°. 1.273. Remis en vente en 1812 (n° 1.272).
2.251. La vie & faits notables de Henri de Valois, tout au long, sans rien requérir ; où sont contenues les trahisons, perfidies, sacrilèges, exactions, &c. de cet hypocrite & apostat, ennemi de la religion catholique ; 1589, in-8. fig. mar. r. Livre rare, exemplaire de Gouttard.
2.328. Histoire de la véritable origine de la troisième race des Rois de France, par le Duc d’Espernon, publiée par de Prades. Paris, 1679, in-12. mar. r. Exemplaire aux armes de Mgr. le Dauphin, à qui il a été dédié.
2.358. Lettres & négociations de Jean de Witt. Amsterdam, Waesberge, 1725, 5 vol. in-12. v. f. Exemplaire du comte Hoym.
2.451. Dictionnaire historique & critique de Bayle. Rotterd. 1720, 4 vol. in-fol. Grand papier, mar. violet, avec dentelles & doublés de tabis. Magnifique exemplaire qui a appartenu à M. Randon de Boisset, & dans lequel se trouvent les vers à la louange de Philippe d’Orléans, Regent, & la vie de Bayle, en gr. pap.
2.458. Plutarchi omnia quae extant opera, gr. & lat. cum notis J. Rualdi. Paris. Typis Regiis, 1624, 4 vol. in-fol. charta magna, l. r. relié en peau de truie. Ce superbe exemplaire vient de M. Gouttard, voyez son Catalogue, n°. 1.555.

La vente de la bibliothèque rapporta 75.000 francs, mais il prêta l’entier produit de sa vente à une espèce de banquier qui, peu après, fit banqueroute. Entre-temps, il avait pris part aux assemblées de la noblesse tenues à Amiens, avant d’émigrer. Rentré à Paris, au 21 rue de l’Odéon, il « employa toutes les économies de son mince revenu à refaire un simulacre de la belle bibliothèque qu’il avoit perdue par sa faute » et qui fut vendue après sa mort : Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. Dincourt d’Hangard, la plupart rares, singuliers et d’une belle condition (Paris, Bleuet, successeur de Jombert, fils aîné, 1812, in-8, [4]-255-[1 bl.] p., 1.703 lots). La vente eut lieu en sa maison, du mercredi 1er au mardi 14 avril 1812, en 12 vacations :

147. Panégyriques et autres Sermons preschez par Mess. Esprit Fléchier. Paris, Jean Anisson, 1696, in-4°, v. fau. fil. b. b. d. s. tr. (Exempl. du comte d’Hoym et à ses armes).
155. Sermons du P. Ségaud ; (publiés par le P. Berruyer). Paris, H. L. Guérin, 1750, 6 vol. in-12, m. bl. fil. b. b. d. s. tr. aux arm. du R.
157. Sermons du P. Pierre-Claude Frey de Neuville l’aîné. Rouen, Laur. Dumesnil, 1778, 2 vol. in-12, papier d’Holl. aux arm. du R.
203. Pensées de Pascal, avec des notes ; (par Condorcet et Voltaire), et l’éloge de Pascal (par Condorcet). Londres, (Deux-Ponts) 1776, gr. in-8°, v. fau. fil. b. b. (rel. par Derome le jeune).
239. Opuscules de Bayle. Tous ces petits ouvrages de Bayle sont fort difficiles à recueillir et on les trouve rarement. Ils ont appartenu à Naigeon.
272. Le Corps politique, ou les Élem. de la loi morale et civile, avec des réflexions sur la loi de nature, sur les sermens, les pactes et les divers gouvernemens ; trad. de l’angl. de Th. Hobbes. Leyde, Elzevir, 1653, in-12, m. r. fil. b. b. d. s. tr. (Rel. par Derome le jeune).
279. Discours sur le Gouvernement ; par Algernon Sidney, trad. de l’angl. par P. A. Samson. La Haye, Van Dole, 1702, 3 vol. in-12, rel. en vél. (Exempl. chargé de notes manuscrites de Naigeon).
426. Flore française, ou Description succinte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France ; par le chev. de La Marck. Paris, Impr. roy., 1778, 3 vol. in-8°, m. v. d. de tabis, d. b. b. d. sur tr. (Exempl. de Anisson fils, 1re édit.).
522. Litteratur der Mathematischen Wissenschaten ; von Fr. Wilh. Aug. Murhard ; id est, Fr. Wilh. Aug. Murhard Bibliotheca mathematica, lat. et germ. 1797 et 1798, 2 vol. in-8°, pap. fin, fil. b. b. d. s. tr. (Exempl. de la vente Renouard, en novembre 1804).
536. Pauli Frisii dissertationes variae. Lucae, apud Vincentium Junctinium, 1759-1761, 2 vol. in-4°, fig. br. en cart. (Exemplaire de d’Alembert, avec la signature autographe de P. Frisi).
539. Description et explication des globes qui sont placés dans les pavillons du château de Marly ; (par de La Hire). Paris, veuve Thiboust, 1704, in-8°, gr. pap. m. r. d. b. b. d. s. tr. aux arm. du Roi.
562. Table des équations, ou de la différence du temps vrai au temps moyen, pour tous les jours de l’année. In-18, m. bl. dent. tab. b. b. d. s. tr. (Manuscrit d’une belle exécution sur pap. fin, et entouré d’ornemens en or, exécuté pour Randon de Boisset, de chez lequel il vient).
759. Nic. Heinsii poematum nova editio auctior : Accedunt Joh. Rutgersii posthuma et adoptivorum carminumlib. II. Amstel. Dan. Elzevirius, 1666, p. in-8°, v. br. (Exempl. de de Thou à qui il a été donné par Nic. Heinsius).
800. Œuvres diverses du sieur R *** (J. B. Rousseau). Soleure, Ursus Heuberger, 1712, in-12, v. fau. b. b. (Edit. recherchée et rare, exemplaire de Soubise).
802. Odes Philippiques ; par La Granche-Chancel. Sans nom de lieu, ni d’imprimeur et sans date. In-12, v. m. (Exempl. de La Vrillière).
806. La Pucelle d’Orléans, avec figures. Paris (Amsterdam), 1775, in-12, m. r. fil. B. b. d. s. tr. (rel. par Derome). Cette édition est charmante et très-difficile à trouver. Elle contient dans les variantes les vers hardis sur Louis XV, le Roi de Prusse, Mme de Pompadour.
874. Tables alphabétiques et chronologiq. des pièces de l’anc. théâtre italien depuis son établissem. en 1697, avec des remarq. et une table alphabétique des auteurs ; par N. B. D. G. (N. B. du Gérard). Paris, Prault, 1750, in-8°, m. r. fil. b. b. d. s. tr. (Exempl. du duc de Fleury, et à ses armes).
875. Recueil de différentes pièces du théâtre franç., 9 vol. in-12, m. r. b. b. d. s. tr. (Exempl. du duc de La Vallière. Voyez le Catalogue de la vente faite en 1773, n° 1.184).
880. Œuvres de J. Racine. Paris, Cl. Barbin, (Hollande) ; 1697, 2 vol. in-12, fig. m. r. doub. de m. d. d. s. t. aux armes du duc d’Orléans.
942. Fables choisies, mises en vers ; par de La Fontaine ; (enrich. des fig. de Causse). Paris, Cl. Barbin, 1668, in-4°, m. r. fig. b. b. d. s. tr. aux armes du duc d’Orléans. Première édition rare et recherchée, quoiqu’elle ne contienne que les 6 premiers livres.
971. Histoire de Mélusine, princesse de Lusignan et de ses fils, desquels l’illustre Maison de Lusignan tire son origine ; (par Fr. Nodot). Paris, Cl. Barbin, 1700, 2 vol. in-12, v. br. (Exempl. du baron d’Heiss).
1.008. Daïra, histoire orientale ; (par de La Popelinière). Paris, imp. de Cl. Fr. Simon, gr. in-4°, m. r. dent. b. b. d. s. tr. (Avec le portrait et aux armes de l’auteur).
1.020. Œuvres de maître Franç. Rabelais, contenant la vie, faits et dits héroïques de Gargantua et de son fils Pantagruel. 1556, in-16, m. r. fil. b. b. d. s. tr. (Exempl. enrichi d’une table analytique manuscrite de Naigeon et de sa main).
1.126. Lettres choisies de Richard Simon, où l’on trouve un grand nombre de faits-anecdotes de littérature ; édit. revue, augm. d’un volume et de la vie de l’auteur ; par Bruzen de La Martinière. Amst. P. Mortier, 1730, 4 vol. in-12, v. fau. fil. b. b. (Exempl. Soubise).
1.135. Traité de géographie qui donne la connaissance et l’usage du globe et de la carte ; par P. Duval, rev. et augm. par le P. Placide. Paris, Mlle Duval, in-12, m. r. fil. b. b. d. s. tr. (Exempl. de Crozat et à ses armes, auquel on a ajouté le portrait de mademoiselle Crozat, à qui l’ouvrage est dédié).
1.213. Les Vies des Saints pour tous les jours de l’année, avec une prière et des pratiques à la fin de chaque vie ; (par Fr. Ph. Mesenguy). Paris, Phil. Nic. Lottin, 1737, 2 vol. in-12, m. r. fil. b. b. d. s. tr. (exempl. aux arm. de Madame).
1.242. Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence ; (par Montesquieu). Amst. Jacq. Desbordes, 1734, p. in-8°, v. br. (Exempl. de Dortous de Mairan, non cartonné, avec quelq. remarques de lui). – Hist. des Révolutions arrivées dans le gouvernement de la Républ. Romaine ; par l’abbé de Vertot. Paris, Fr. Barrois, 1719, 3 vol. in-12, v. br. (Exempl. du comte d’Hoym et à ses armes).
1.299. Mém. du comte de Brienne. Amst. J.-F. Bernard, 1719, 3 vol. p. in-8°, v. b. (aux armes du duc de Mortemart).
1.300. Mém. De Guy-Joly, conten. l’Histoire de la Régence d’Anne d’Autriche. Amst. J. Fred. Bernard, 1738, 2 vol. p. in-8°, m. v. fil. b. b. d. s. tr. (Aux armes du Roi).
1.304. Vie du Dauphin, père de Louis XV ; par l’abbé Proyart. Lyon, Bruyset Ponthus, 1782, 2 vol. in-12, m. r. fil. b. b. d. s. tr. (Aux armes du Roi).
1.412. Hist. du card. Ximenes, arch. de Tolède et Régent d’Espagne ; par Marsollier. Paris, Grég. Dupuis, 1704, 2 vol. in-12, v. fau. fil. b. b. (Exempl. du comte d’Hoym).
1.451. Calendarium inclyti ordinis equestri de Huberto Sacro. 1761, in-12, fig. m. r. d. b. b. d. s. tr. (Aux armes de Charles Théodore, grand maître de l’ordre).
1.698. Dictionnaire Historique portatif, par l’abbé Ladvocat. Paris, Didot, 1752, 2 vol. in-8°, m. v. fil. b. b. d. s. tr. (aux armes de madame Victoire de France).    





Pierre-Antoine-François Dincourt, seigneur d’Hangard, mourut à Paris en 1811, au 21 de la rue d’Odéon (VI). Il était le fils de Pierre-François Dincourt (Amiens, 22 septembre 1713-9 mai 1760), chevalier, seigneur d’Hangard, Hourges, Abancourt et autres lieux, conseiller du Roy, lieutenant général de police, maire de la ville d’Amiens de 1757 à sa mort, marié en 1742 à Marie-Jeanne Boistel († 1783), demeurait à Amiens, rue et chaussée de Noyon, paroisse de Saint-Michel. Il possédait un ex-libris, aux armes « De gueules à un daim d’argent courant, les cornes d’or », qui se trouve sur le n° 1.718 de la bibliothèque de son fils vendue en 1789, aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Lyon : sa bibliothèque fut donc à l’origine de celle de son fils.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire