mardi 29 septembre 2015

De Charles-Antoine de Bourgevin au comte de Saint-Morys






D’une famille originaire de Champagne installée à Paris, trésorier des Chevau-Légers et Mousquetaires de la Garde du Roi depuis 1656, anoblie par la charge de secrétaire du Roi en 1739, Charles-Antoine-Jacques de Bourgevin est né à Paris, le 18 mars 1680. Il était fils de Charles de Bourgevin (1647-1708), seigneur de Norville et de Moligny, lieutenant d’Infanterie en 1672, puis trésorier des Chevau-Légers et Mousquetaires de la Garde du Roi, et d’Anne Huby (1649-1701), fille de Jacques Huby, descendant de conseillers au Parlement de Bretagne.
D’abord conseiller du Roi, trésorier général des Chevau-Légers et Mousquetaires de la Garde du Roi, il fut pourvu en 1719 de la charge de conseiller du Roi, trésorier général des Maréchaussées de France, et en 1739 de l’office de conseiller-secrétaire du Roi, Maison, Couronne de France et de ses Finances.
De son premier mariage, avec Jeanne-Françoise Plançon, fille de Jean Plançon, maréchal des logis du Roi, et d’Élisabeth de Lacoré, il n’eut pas d’enfant. De son second mariage, en 1712, avec Catherine-Thérèse Boucher († 8 décembre 1768), fille de Louis-Paul Boucher, secrétaire du Roi, et de Marie-Anne Le Gallois, il eut Charles-Paul de Bourgevin de Moligny et Louis-Paul de Bourgevin de Norville [La Norville, Essonne], auteur du rameau de Linas [Essonne].
Il mourut le 29 juin 1764.



Bibliophile, il utilisait un ex-libris [70 x 55 mm.] portant ses armes « D’azur à la fasce d’hermines, accompagnée de trois coquilles d’or posées deux en chef et une en pointe », surmontées d’une couronne de marquis.
Sa bibliothèque fut vendue en sa maison, rue Chapon [IIIe], les 7 et 8 mai 1765 : Catalogue des livres de feu M. de Bourgevin (Paris, Gueffier fils, 1765, in-8, 15 p., 179 lots).

Par C. H. Letellier (détail)


Charles-Paul de Bourgevin de Moligny naquit à Paris le 5 mars 1713, devint commissaire des Gardes du corps du Roi en 1735 et chevalier de l’Ordre de Saint-Louis en 1759. Il épousa, le 21 janvier 1740, Marie-Élisabeth-Jean-Baptiste Guyard de Saint-Clair (1721-1765), fille de Jean Guyard de Saint-Clair, gendarme de la Garde du Roi, et de Marguerite-Élisabeth de Vialart : il s’engagea à joindre à son nom celui de Vialart et d’en porter les armes, « D’azur à un sautoir d’or, cantonné de quatre croix potencées de même », pour soutenir et faire revivre le nom de la famille Vialart, dont il ne restait plus que la grand-mère de sa femme.
De ce mariage sont issus Charles-Paul-Jean-Baptiste de Bourgevin de Vialart et Charles-Jean-Baptiste de Bourgevin de Vialart.
Il mourut en messidor an II [juin 1794], et c’est sa bibliothèque qui fut vendue le 22 floréal an III [11 mai 1795] : Catalogue des livres rares et curieux du citoyen *** (Paris, De Bure l’aîné, an III, in-8, 32 p.). La vente produisit 86.433 livres et 2 sols.



Dictionnaire portatif de cuisine, d'office et de distillation 
(Paris, Lottin, 1772, in-12)
Saumur, 13 mars 2013

Depuis l’erreur de Joannis Guigard [In Le Livre. Bibliographie rétrospective. Paris, A. Quantin, 1880, p. 341-342], tous les auteurs ont attribué à son fils, Charles-Paul-Jean-Baptiste de Bourgevin de Vialart, le catalogue de la vente de sa bibliothèque et son ex-libris [70 x 52 mm.], portant les armes « Ecartelé au 1 et 4 d’azur, à un sautoir d’or, cantonné de quatre croix potencées de même, qui est de Vialart ; au 2 et 3 d’azur, à une fasce d’argent, chargée de trois roses de gueules, accompagnée de trois fleurs de lis d’or, posées deux en chef et une en pointe, qui est de Guyard ; sur le tout d’azur, à une fasce d’hermines, accompagnée de trois coquilles d’or, qui est de Bourgevin. »
L’erreur est attestée par la présence de ces armes sur son portrait, dessiné et gravé par C. H. Letellier, et sur celui de sa femme, gravé par Stéphane [i.e. Étienne] Fessard d’après F. Martin.

Louis-Paul de Bourgevin de Norville naquit à Paris le 4 mars 1717 et épousa, le 23 août 1756, Marie-Charlotte Pillet, fille de Jean-André Pillet, receveur général des Postes et Relais de France, et de Marie-Jeanne-Charlotte Poan. Trésorier général des Maréchaussées de France en 1764, sa banqueroute de 1769 provoqua son suicide, se brûlant la cervelle d’un coup de pistolet le 29 décembre 1769. Sa bibliothèque fut vendue le 15 mars 1770, en sa maison, rue du Grand Chantier [portion de la rue des Archives, IIIe] : Catalogue (Paris, Mérigot, 1770, in-8, 23 p., 290 lots).

Par J.-B. Greuze (Musée des Beaux-Arts, Nantes)

Charles-Paul-Jean-Baptiste de Bourgevin de Vialart, comte de Saint-Morys, est né à Paris le 11 juillet 1743. Mousquetaire, puis conseiller au Parlement de Paris, il épousa, le 29 juillet 1769, Éléonore-Élisabeth-Angélique de Beauterne de Jauville qui lui apporta une grande fortune et lui donna un fils, Charles-Étienne de Bourgevin de Vialart.
Il demeurait à Paris, 8 rue Vivienne [IIe]. En 1780, il acheta la terre d’Hondainville [Oise], où il fit construire un nouveau manoir sur l’emplacement du Châteauvert, vieux fort qui avait joué un rôle important au temps de la Ligue. Il y transporta son cabinet d’histoire naturelle et sa galerie de tableaux, et s’occupa d’agriculture : c’est à lui qu’on doit l’introduction de la pomme-de-terre dans le canton de Mouy en 1784.
La Révolution chassa le comte de son domaine. Il émigra en 1790, divorça le 3 décembre 1794 

Combat de Quiberon, par Jean Sorieul (1850)

et participa comme intendant général des troupes royales à la tentative de débarquement de Quiberon [Morbihan] : il mourut à l’île de Houat [Morbihan], le 28 thermidor an III [15 août 1795], où il avait été débarqué. Ses biens furent confisqués. On envoya ses collections artistiques, dont plus de 12.600 dessins, dans les musées nationaux : la collection Saint-Morys, aujourd’hui au cabinet des dessins du Musée du Louvre, est l’une des trois plus importantes collections constituées en France au xviiie siècle, avec celles de Crozat et de Mariette. Le château fut transformé en prison, puis rasé, les terres furent vendues. Une partie de ces biens fut acquise par le colonel Guillaume-Michel Barbier-Dufay (1769-1834).

Charles-Étienne de Bourgevin de Vialart, comte de Saint-Morys, est né à Paris le 17 janvier 1772. Il suivit son père dans l’émigration de 1790 et épousa, le 21 novembre 1791, à Coblence [Allemagne], Marie-Anne-Charlotte de Valicourt, fille de Maximilien de Valicourt et de Marie-Madeleine de Calonne, et nièce du ministre Calonne.
Il servit comme simple volontaire dans la légion de Mirabeau. Il fit la campagne de 1792, en qualité d’aide-de-camp du maréchal de Broglie, puis continua à servir dans l’armée de Condé.
Après la dissolution des armées royales, il se consacra à l’étude des sciences et des arts, et voyagea dans le nord de l’Europe. Il a gravé pour son amusement, à Londres, un grand nombre d’estampes et publia un cahier de 24 vues exécutées par l’aquatintiste J. Mérigot, d’après les dessins de L. Belanger, intitulé 

Stockholm
Voyage pittoresque de Scandinavie (Londres, 1802, in-4).

Rentré en France en 1803, il fut compromis dans la conspiration de Georges Cadoudal en 1804, fut emprisonné à la Force, puis mis en surveillance à Hondainville, où il ne put récupérer qu’une partie des terres de son père. Il s’intéressa particulièrement aux arbres, importa dans la région le pin de Corse, et publia divers mémoires politiques, archéologiques et d’histoire naturelle. Membre depuis 1807 de l’Académie celtique [nom sous lequel fut fondée en 1804 la Société des Antiquaires de France], il 




publia la « Description d’un monument trouvé en avril 1806, rue Vivienne, dans la maison de Madame de St-Morys » (In Mémoires de l’Académie celtique. Paris, L.-P. Dubray, 1808, t. II, p. 113-117).

Membre du Conseil général de l’Oise sous l’Empire, il fut nommé maire d’Hondainville sous la première Restauration, puis lieutenant des Gardes du corps du Roi et maréchal de camp. Dans ses Aperçus sur la politique de l’Europe, et sur l’administration intérieure de la France (Paris, L. G. Michaud, Delaunay et Dentu, février 1815), il produisit un chapitre abolitionniste sous le titre « Traite et Esclavage des Nègres » (p.37-88). Au mois de mars suivant, lors des Cent-Jours, il fut obligé de suivre le roi Louis XVIII dans son exil à Gand.

Château de Saint-Aignan, reconstruit à la fin du XIXe siècle

Il avait fait construire à Hondainville le château de Saint-Aignan, dans le style gothique du xve siècle [aujourd’hui disparu], pour y loger ses collections d’histoire naturelle, d’objets du Moyen Âge et sa bibliothèque. Il réunit dans le parc de son château, au lieu-dit « l’Élysée », des monuments funéraires de diverses époques, la statue du maréchal Schomberg, un chapiteau gothique provenant de l’église de l’abbaye Saint-Lucien de Beauvais, etc.
L’animosité du colonel Barbier-Dufay, qui avait suivi l’Empereur pendant les Cent-Jours, contre le comte de Saint-Morys se traduisit par une provocation, obligeant le comte à un duel avec le colonel, qui le tua le 21 juillet 1817. 



Il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise [22e div.].



Sa bibliothèque fut vendue en sa maison, 10 rue de Seine [VIe], située à l’emplacement du palais de la reine Margot, du lundi 12 au jeudi 22 janvier 1818, en 9 vacations, : 



Notice des principaux articles de la bibliothèque de feu M. le comte de Saint Morys, maréchal de camp, lieutenant des Gardes du corps du Roi, chevalier de Saint-Louis et officier de la Légion d’honneur. (Paris, De Bure frères, 1818, in-8, [2]-43-[3] p., 3.550 vol. et 36 cartes de géographie en 69 lots). La vente produisit 9.823 livres et 70 sols.
Débuta ensuite la vente de ses tableaux, le 26 janvier 1818, chez Charles Paillet, commissaire-priseur : Catalogue de tableaux des Écoles d’Italie, de Hollande et de France, dessins et estampes en recueils, bustes, figures et bas-reliefs en bronze et en marbre, ancien laque, ivoire sculptés  […] provenant du cabinet de feu Mr. le comte de Saint-Morys (Paris, 1818, in-8, 30 p.).

La comtesse de Saint-Morys voulut venger son mari et réclama, en vain, la condamnation du colonel. Le domaine d’Hondainville devint la propriété du gendre du comte, Engelbert Schillings, ancien officier prussien, second mari de Joséphine depuis 1832.    


mercredi 23 septembre 2015

Un Américain à Paris : la vente Benzon.


Palazzo Orio-Semitecolo-Benzon, sur le Grand Canal, à Venise.

Descendant de la famille vénitienne Benzoni, un riche Américain, magnat de l’industrie de l’acier, était l’un des chefs d’une importante maison de commerce établie à Londres, « Naylor, Benzon & Co » : 


Edmund-Ernst-Léopold Schlesinger-Benzon, né à Hambourg [Allemagne] en 1819, possédait une collection peu nombreuse, mais choisie avec goût, de livres en langue française, dont la plupart lui avaient été cédés par un amateur bordelais, Henri Bordes (1841-1911).



Son super ex-libris [39 x 32 mm.] montre un aigle sur une enclume, deux éclairs et des flammes sortant de son bec, entouré d’un ceinturon portant une étoile de David à six branches et la devise « PER ASPERA AD ASTRA. » [Vers les étoiles, à travers l’adversité.], qui est celle du Grand-Duché de Mecklembourg-Schwerin [Allemagne] et de l’État du Kansas [États-Unis].

Beau-frère du portraitiste allemand Rudolf Lehmann (1819-1905), il mourut dans sa résidence secondaire, en Écosse, le 14 septembre 1873. 


Ses livres furent apportés à Paris, où une vente publique eut lieu, à Drouot, salle n° 8, au premier, du mercredi 21 au vendredi 23 avril 1875, par le ministère de Maître Delbergue-Cormont, assisté de Bachelin-Deflorenne : Catalogue des livres rares et précieux, manuscrits et imprimés, provenant de la bibliothèque de feu M. Benzon (Paris, Bachelin-Deflorenne, 1875, in-4, VIII-104 p., 400 lots).

« Ce n’est pas le désir de la famille Benzon de voir des détails imprimés sur l’amateur éminent dont le nom figure en tête de ce Catalogue.
Nous nous contenterons de dire seulement que M. Benzon rechercha les livres français véritablement rares de préférence à tous autres ; qu’il acquit ce qu’il appelait ses « perles bibliographiques » dans les ventes des bibliothèques de MM. de Radziwill, Yéméniz, Brunet, baron Pichon, Potier, docteur Danyau, etc., et qu’il compléta sa collection par l’achat direct de la plus grande partie des volumes précieux de M. Henry Bordes.
On peut reconnaître dans notre Catalogue les plus beaux livres qui figurent dans la Description d’un choix de livres faisant partie de la bibliothèque d’un amateur bordelais. A Bordeaux, pour l’auteur.
Nous avons respecté le travail de cet auteur distingué, M. Henry Bordes, et toutes les notes de lui sont signées H. B.
M. Benzon était citoyen américain ; il dirigeait à Londres l’une des plus grandes maisons de la Cité, la maison Naylor, Benzon et Cie. Il mourut en septembre 1873, dans sa maison de campagne d’Ecosse, à cinquante-deux ans, laissant un grand renom dans le monde des bibliophiles d’Angleterre, d’Amérique et de France. » [sic] (p. VII-VIII)

Parmi les acheteurs : Bachelin, J. Baur, Caen, Claudin, Cocoz, Daffis, Danyau, Decloux, De Ruble, Firmin-Didot, Fontaine, Gaiffe, Giraud, Gruel, Labitte, La Roche Lacarelle, Lécureux, Lefilleul, Lesouëf, Maisonneuve, Mercier, Fr.-J. Olivier, Paillet, Portalis, Potier, Quentin-Bauchart, Rouquette, Saussel, Techener, Tross. 

Le produit de la vente s’est élevé à 376.000 francs, près de 1.000 francs en moyenne pour chaque article :

24. Heures de Vérard. In-4 goth., fig. sur bois, mar. vert, coins et milieu à petits fers, dos orné semé de marguerites, tr. dor. (anc. rel.). Heures connues sous le nom de Grandes Heures de Vérard (Paris, 1488). Ex. sur peau de vélin, provenant de la vente Henry Perkins (Londres, 1873, n° 366) où il a été adjugé 225 £. 6.000 fr. à Olivier.
25. Heures de Vérard. Ex. sur papier de la même édition. In-4, 13 grandes fig. sur bois et encadr., mar. br., riche dorure à la Grolier avec compart., mosaïque mar. noir et rouge, doublé de mar. rouge, dent. mosaïque noire (Capé). Vient de Henri Bordes. 4.100 fr. à Ambroise Firmin-Didot.
36. L’Homme criminel, ou la Corruption de la nature par le péché, par le R. P. J.-F. Senault, de l’Oratoire. Paris, veuve Camusat et Pierre le Petit, 1644, in-4, mar. r. à riches comp., pet. fers, fil. tr. dor. (Le Gascon). Ex. de dédicace en grand papier, aux armes du cardinal de Retz, alors qu’il n’était que coadjuteur de Paris. 610 fr. à Bachelin.
39. De l’Imitation de Jésus-Christ, trad. nouvelle, par l’abbé de Choisy. Paris, A. Dezalier, 1692, in-12, v. m., tr. dor. (anc. rel.). Ex. aux insignes de la maison de Saint-Cyr et portant un envoi autographe de Madame de Maintenon. Ex. de Nodier. 1.000 fr. à Cocoz.
43. Les Provinciales, ou les Lettres escrites par Louis de Montalte (B. Pascal) à un provincial de ses amis et aux RR. PP. Jésuites sur le sujet de la morale et de la politique de ces Pères. Cologne, P. de la Vallée (Amsterdam, L. et D. Elzevier), 1657, pet.in-12, mar. bl., riches compart., doublé de mar. r., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. de la vente Potier, adjugé 400 fr. 1.000 fr. à Portalis.
48. Le Moine sécularisé, augmenté de nouveau de la Vie des moines. Villefranche, Jean le Grand, s. d., pet. in-12, mar. r., fil., tr. dor. (Duru). Dans la collection des Elzévirs. Aux armes et aux chiffres du marquis de Morante. 115 fr. à Rouquette.
51. Cy comance la légende dorée autrement dite la vie des saints et sainctes de Paradis, translatée de latin en françoys par frère Jacques de Hautpas, de l’ordre des frères prescheurs, à la requeste de noble et puissante dame Madame Marie de Borgoig (Bourgogne), jadis royne de France. Ms. du quatorzième siècle, sur peau de vélin, enrichi de 87 miniatures, 99 lettres initiales peintes et 323 ornements en marge du texte, 2 vol. grand in-fol., mar. citron, fil., tr. dor. (Ancienne rel. aux chiffres de Lauraguais). Payé £ 600 par Benzon. 10.000 fr. [sic] à Bachelin.  
52. Essais de messire Michel, seigneur de Montaigne. Bourdeaus, S. Millanges, 1580, 2 part. en 1 vol. pet. in-8, v. ant., fil., tr. dor. 1.420 fr. à Fontaine (1.650 fr. vente Potier).
53.  Essais de messire Michel, seigneur de Montaigne. Édition seconde. Bourdeaus, S. Millanges, 1582, in-8, mar. r., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). 1.425 fr. à Fontaine.
55. Essais de Michel, seigneur de Montaigne. 5e édition. Paris, Abel l’Angelier, 1588, in-4, front. gravé, mar. rouge, compart., dos orné, tr. dor. (Du Seuil). Édition la plus recherchée des bibliophiles, la dernière donnée du vivant de l’auteur et la première où se trouve le troisième livre. 3.020 fr à Fontaine (2.750 fr. vente Potier).
56. Les Essais de Michel, seigneur de Montaigne. Édition nouvelle. Paris, Abel l’Angelier, 1595, in-fol., mar. rouge, doublé de mar. r., larges dent., fil., tr. dor. (Duru-Chambolle). 1.750 à Bachelin.
59. Les Essais de Michel, seigneur de Montaigne. Bruxelles, Fr. Foppens, 1659, 3 vol. in-12, portr., mar. bl., fil., tr. dor. (Padeloup). Aux insignes de Longepierre. Vient de H. Bordes. 5.000 à Fontaine.
60. De la sagesse. Trois livres, par Pierre Charron. Leide, Jean Elsevier, s. d., pet. in-12, tit. gr., mar. r., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). De la collection de Quentin-Bauchart. 310 fr. à Gruel.
64. Les Caractères de Théophraste, trad. du grec, avec les Caractères ou les Mœurs de ce siècle. Paris, Est. Michallet, 1688, in-12, mar. r., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Édition originale. Provient de la vente Potier (275 fr.). 680 fr. à Olivier.
67. Les Caractères de Théophraste. 7e édition. Paris, Est. Michallet, 1692, in-12, mar. bl., tr. dor. Ex.de Luzarches. 60 fr. à Bachelin.
70. Les Caractères de Théophraste, trad. du grec, avec les Caractères ou les Mœurs de ce siècle, par La Bruyère, avec la clé en marge. Amsterdam, Wetstein, 1720, 3 vol. in-12, réglé, mar. vert, fil., tr. dor. (Boyet). Ex. provenant des ventes La Vallière, d’Ourches, et en dernier lieu de Quentin-Bauchart. 360 fr. à Saussel.



74. La Description de l’isle d’Utopie. Par Thomas Morus. Paris, Charles Langelier. 1550, pet. in-8, fig. sur bois, réglé, mar. bl. à compart., tr. dor. (Le Gascon). Avec les chiffres de Louis XIII et d’Anne d’Autriche. A successivement fait partie des bibliothèques de La Vallière (11 fr. en 1784), J.-J. De Bure (230 fr.) et J.-Ch. Brunet (1.500 fr.). 4.900 fr. à Lacarelle.
77. Livre de la génération de l’Homme. Par Jacques Sylvius. Mis en françoys par Guillaume Chrestian, médecin ordinaire du Roy. Paris, Guillaume Morel, 1559, pet. in-8, mar. br., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Catalogues Chédeau (n° 297) et Potier (n° 403, 470 fr.). Vient de H. Bordes.  520 fr. à Bachelin.
80. Les Vrayes Centuries et Prophéties de maistre Michel Nostradamus. Amsterdam, Jean Jansson à Waesberge, 1668, pet. in-12, tit. gr., mar. r., fil., comp. à petits fers, tr. dor. (Duru). Ex. de Quentin-Bauchart (275 fr.). 350 fr. à Olivier.
82. Champfleury. Paris, Geofroy Tory et Gilles Gourmont, 1529, pet. in-fol., fig., mar. br., riches comp. à la Grolier, fil., tr. dor. (Capé). Provient du cabinet de L. Double (350 fr.). 350 fr. à Bachelin.
87. Œuvre d’Estienne de La Belle (Stephano della Bella). 3 vol. in-fol., mar. rouge, tr. dor. (Anc. Rel.). Ex. de la vente Pichon.700 fr. à Decloux.
92. Le Patissier françois.Amsterdam, Louys et Daniel Elzevier, 1655, pet. in-12, front., mar. rouge, fil., dos et coins ornés, comp. à la rose, doublé de mar. bl., dent. intér., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Hauteur 128 mm. Vient des collections Sensier, Bignon, Coislin, Montesson, et en dernier lieu de la vente Potier (2910 fr.). 3.255 fr. à Fontaine.
93. Le Cuisinier françois. Par le sieur de La Varenne. La Haye, A. Flacq, 1664, pet. in-12, front. gr., mar. r., tr. dor. Hauteur 127 mm. Ex. de Pieters. 335 fr. à Fontaine.
97. Trois dialogues de l’exercice de sauter et voltiger en l’air. Par Archange Tuccaro. Paris, Claude de Monstrœil, 1599, in-4, fig. sur bois, cuir de Russie. (Thouvenin). Ex. de J.-Ch. Brunet. 195 fr.
102. L’Odyssée d’Homère, ou les Aventures d’Ulysse en vers burlesques (par H. de Picou). Leyde, J. Sambix (Elzevier), 1653, pet. in-12, mar. orange, fil., dos orné, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Hauteur 130 mm. Ex. de la vente Huillard. 600 fr.



103. L’Iliade d’Homère, traduite en françois. Par Mme Dacier. Paris, Rigaud, 1711, 3 vol. in-12, réglés, front. et fig., mar. r., dent., doublé de mar vert, dent. – L’Odyssée d’Homère. Par Mme Dacier. Paris, Rigaud, 1716, 3 vol. in-12, réglés, fig., mar. r., tr. dor. (Boyet). Proviennent des bibliothèques de la maréchale Montrevel, de Ch. Nodier, marquis de Coislin et baron Pichon (1.010 fr.). 3.100 fr. à Lacarelle.
104. Catullus, Tibullus, Propertius. Venetiis, Aldius, 1515. – Diversorum veterum poetarum in Priapum lusus. Venetiis, Aldus, 1517. 2 tomes en 1 vol. in-8, mar. à compart., tr. gaufr. Reliure italienne du seizième siècle sur les plats de laquelle se voient d’un côté le buste de Catulle, et de l’autre un emblème composé d’un dauphin et de plusieurs étoiles. Ex. de J.-J. De Bure et de J.-Ch. Brunet. 195 fr. à Fontaine.
105. Publ. Virgilii Maronis Opera, studio Th. Pulmani correcta. Amstelod., Joannem Janssonium, 1628, pet. in-12, réglé, mar. r., compart. de mar. noir, dorure à petits fers sur les plats, tr. dor. (Le Gascon). Aux armes de Habert de Montmort. 150 fr. à Bachelin.
107. Les Odes d’Horace, en vers burlesques (par H. Picou). Leyde, Jean Sambix (Elzevier), 1653, in-12, mar. bleu, fil. à compart., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Non rogné. Vient des bibliothèques Armand Bertin et marquis de Morante. 1.200 fr. à Labitte.
112. Le Jardin des roses de la vallée des larmes, traduit du latin par J. Chenu. Paris, Panckoucke, 1850, in-12, pap. vergé, mar. r., fil., comp., petits fers, doublé de mar. vert, fil., semé de larmes, tr. dor. (Duru). Ex. de Desq. 46 fr. à Fontaine.
114. Le Roman de la rose (commencé par Guillaume de Lorris et achevé par Jean de Meung). S. d. (1485), in-fol. goth. à 2 col., fig. en bois, mar. citron, fil., doublé de mar. bleu, guirlande de feuillage. (Trautz-Bauzonnet). Provient de la vente Double (2.950 fr.). 4.600 fr. à Techener.
120. Le Champion des dames (par Martin Franc). S. l., s. d., pet. in-fol. goth., fig. en bois, mar. bleu double de mar. rouge, larges dent., fil., tr. dor. (Duru). Impression attribuée à Guillaume Le Roy. Ex. de Yemeniz (1.000 fr.). 850 fr. à Techener.
121. Le Champion des dames. Paris, Galliot du Pré, 1530, pet.in-8, fig. en bois, mar. bleu, riches compart. sur les plats, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. de Yemeniz (adjugé 800 fr. et revendu 1.325 fr. vente Danyau), avec son chiffre sur les plats et sans doute le plus grand connu (143 mm.). 1.350 fr. à Labitte.
124. Les Vigilles de la mort du roi Charles septieme. Paris, Robert Bouchier (après 1500), in-fol. goth. à 2 col., fig. en bois, mar. bleu, fil. fleurdelisé, doublé de mar. r., larges dent., tr. dor. (Niedrée). Ex. du marquis de Coislin. 700 fr. à Labitte.
126. Les Faicts et Dicts de feu de bonne mémoire Jehan Molinet. Paris, Jehan Petit, 1537, pet.in-8 goth., mar. r., fil., tr. dor. (Derome). Ex. de Berryer. 400 fr. à Labitte.
128. Le Chasteau de labour (par P. Gringore). Paris, Galliot du Pré, 1532, in-16, lettres rondes, mar. r., comp., doublé de mar. citron, dent. de fleurs, fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). 3.005 fr. à Fontaine.
129. Espistres familières du Traverseur (J. Bouchet). Poitiers, Jacq. Bouchet et de Marnef, 1545, in-fol., mar. vert, fil., riches comp. à la Grolier, tr. dor. (Lortic). Ex. de la vente Giraud. 330 fr. à Fontaine.
133. Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers. Lyon, Jean de Tournes, 1544, in-8, mar. bleu, fil., dos orné, tr. dor. (Bauzonnet-Trautz). Aux armes du marquis de Coislin. A depuis fait partie de la bibliothèque de Sainte-Beuve, dont signature sur la garde et notes en marges. 505 fr. à Fontaine.
134. Le Banquet du boys. S.l., s. d., pet. in-4 goth., mar. r., tr. dor. (Thibaron-Échaubard). Ex. de La Roche Lacarelle. 345 fr. à Lacarelle.
137. Jan Marot de Caen, sur les deux heureux voyages de Gênes et de Venise. Achevé d’imprimer le 22 janvier 1532 pour P. Roffet, dit le Faulcheur, par Geofroy Tory, de Bourges. Pet. in-8, lettres rondes, réglé, mar. rouge, fil., doublé de mar. rouge, tr. dor. (Boyet). De la bibliothèque de L. Double. 580 fr. à Bachelin.
138. Les Œuvres de Clément Marot. Paris, Jehan Bignon, s. d., 5 parties en 1 vol. in-16, mar. rouge janséniste, doublé de mar. r., riche dorure à compart. et rinceaux de feuillages, tr. dor. (Duru). Vient de H. Bordes. 1.060 fr. à Fontaine.
140. L’Adolescence clémentine. Anvers, 1539, pet. in-8, lettres rondes, mar. rouge doublé de mar. bleu, guirlande de feuillages, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. d’Armand Bertin et de Chaponay. 500 fr. à Olivier.
143. Marguerites de la Marguerite des princesses, très-illustre royne de Navarre. Lyon, Jean de Tournes, 1547, 2 tomes en 1 vol. in-8, fig. sur bois, très riche reliure en mar. vert avec mosaïques de fleurs et compart., doublé de mar. citr., semés de marguerites mosaïques. (Chambolle-Duru). 1.155 fr. à Labitte.
146. Les Œuvres de Hugues Salel, valet de chambre du Roy. Paris, Estienne Roffet, dit Le Faulcheur, 1539, in-8, mar. rouge, doublé de mar. bleu, dent., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. de F. Baluze. 1.305 fr. à Fontaine.
147. Opuscules d’amour, par Heroët, la Borderie et autres divins poètes. Lyon, Jean de Tournes, 1567, pet. in-8, mar. rouge, fil., tr. dor. (Niedrée). Ex. des ventes Chaponay, Desq et Huillard. 355 fr. à Rouquette.
151. Œuvres de Louise Labé. Lyon, Jean de Tournes, 1556, pet. in-8, veau marbré. Aux armes du duc de La Vallière. Ex. court de marges, venant des ventes Soleinne et Cailhava. 200 fr. à Bachelin.
154. Les Premières Poésies de Jaques Tahureau. Poitiers, De Marnef et Bouchetz frères, 1564 (i. e. 1554), 2 parties en 1 vol. in-8, mar. rouge, fil., doublé de mar. bleu, dent. int., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Signature d’Étienne Baluze sur le titre. 620 fr. à Fontaine.
159. Les Odes d’Olivier de Magny, de Cahors en Quercy. Paris, André Wechel, 1559, in-8, mar. bleu doublé de mar. rouge, compart., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). 1.700 fr. à Fontaine.
162. L’Importunité et Malheur de noz ans, par M. B. Bailly, conseiller du Roy à Troyes. Troyes, Claude Garnier, s. d. (1576), in-8, mar. rouge, fil. à froid, tr. dor. (Capé). Ex. acheté en 1810 par Durand de Lançon, alors étudiant à l’Université de Goettingue, vendu à l’amiable par son fils. Vient de H. Bordes. 380 fr. à Bachelin.
166. Les Œuvres de P. de Ronsard. Paris, Gab. Buon, 1567, 6 tomes en 5 vol. in-4, réglés, portraits gravés sur bois, mar. vert, dent., tr. dor. (Duru). Ces vol.ont figuré aux ventes Ch. Giraud (1855) et E. Turquety (1868). 2.505 fr. à Fontaine.
168. Œuvres poétiques de Joachim du Bellay. Paris, Fed. Morel, 1561-1565, 15 pièces en 1 vol. in-4, mar. rouge, fil., compart., dos orné, tr. dor. (Capé). Ex. provenant des ventes Giraud, Solar et Odiot. 600 fr. à Rouquette.
170. Les Œuvres en rime de Jan Antoine de Baïf. Paris, Lucas Breyer, 1572-1573, 4 vol. in-8, mar. bleu, compart., tr. dor. (Duru). 1.450 fr. à Rouquette.
176. Les Œuvres de Remy Belleau. Paris, Mamert Patisson, 1585, 2 tomes en 1 vol. in-12, mar. bl., compart., dos orné, dent., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). A figuré à la vente S. Germeau. 420 fr. à Rouquette.
179. La Génération de l’homme et le Temple de l’âme (par René Bretonnayau). Paris, Abel l’Angelier, 1583, in-4, mar. rouge, très riches compart., tr. dor. (Chambolle-Duru). Ex. du docteur Th. Baron, puis de Brunet (230 fr.), recouvert depuis d’une riche reliure. 305 fr. à Rouquette.
180. Les Œuvres poétiques d’Amadis Jamyn. Paris, Robert le Mangnier, 1575, in-4, mar. bl., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. de Quentin-Bauchart. 600 fr. à Bachelin.
181. Les Œuvres et Meslanges poétiques d’Estienne Jodelle. Paris, Nicolas Chesneau, 1574, in-4, mar. rouge, ornements du seizième siècle sur les plats, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Vient de la vente L. Potier. 2.005 fr. à Rouquette.
187. Les Royales Couches, ou les Naissances de Monsieur le Dauphin et de Madame (par Claude Garnier). Paris, Abel l’Angelier, 1604, in-8, réglé, vél. bl., ornements sur les plats, tr. dor. (Rel. anc.). Reliure semée de fleurs de lis et portant au milieu des plats les armes de Henri IV. 1.010 fr.
190. Poésies de Malherbe. Paris, J. Barbou, 1776, in-8, portrait, v. gr., fil., tr. dor. (Anc. rel). Notes autographes d’André Chénier dans les marges. Ex. provenant des ventes Tenant de Latour et L. Potier (1.500 fr.). 1.500 fr. à Gruel pour Mauroy.
194. Œuvres du sieur D***, avec le Traité du sublime ou du merveilleux dans le discours, traduit du grec de Longin. Paris, Denys Thierry, 1674, in-4, mar. rouge, front. gr., fil., dos orné, tr. dor. (Duru). Vient de la vente Solar. 255 fr.
195. Œuvres diverses du sieur Boileau-Despréaux, avec le Traité du sublime ou du merveilleux dans le discours, traduit du grec de Longin. Paris, Denys Thierry, 1701, in-4, front. gravé par Landry, 2 fig. par Chauveau, mar. rouge doublé de mar. olive, riche dorure à petits fers, genre Le Gascon, tr. dor. (Chambolle-Duru). Dernière édition donnée par Boileau et connue sous le nom d’ « édition favorite ». Envoi autographe de Boileau au marquis du Bellay. Provient de chez le Normand du Coudray. Vient de H. Bordes. 1.100 fr. à Olivier.
198. Moyse sauvé, idylle héroïque du sieur de Saint-Amant. Leyde, Jean Sambix (Elzevir, à la Sphère), 1674, pet. in-12, titre gr., mar. r., fil., doublé de mar. bleu, fil., compart. à petits fers, tr. dor. (Hardy-Mennil). Vient de la vente Danyau. 195 fr.
200. Les Baisers, suivis du mois de Mai, poème (par Dorat). La Haye et Paris, 1770, in-8, mar. rouge, fil. et coins, tr. dor. (Anc. rel.). Sur papier de Hollande. 1.025 fr. à Rouquette.
201. Joseph, par Bitaubé. Paris, Didot l’aîné, 1786, 1 tome en 2 vol. in-8, mar. bl. doublé de tabis, non rogn. Sur peau de vélin. 9 dessins originaux de Marillier. Provient de la vente Double. 3.000 fr. à Cocoz.
203. Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine. Paris, Denys Thierry, 1668, in-4, fig. de Chauveau dans le texte, mar. r., fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Édition originale. 2.050 fr. à Fontaine.
206. Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine. Paris, Denys Thierry et Claude Barbin, 1678-1679-1694, 5 vol. in-12, fig. dans le texte, mar. rouge, fil., comp., tr. dor. (Thompson). Provient de la vente Solar. 865 fr.
207. Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine. Paris, Desaint et Saillant, 1755, 4 vol. gr. in-fol., fig. d’Oudry, mar. vert, large dent. sur les plats, tr. dor. (Padeloup). Aux armes du maréchal de Montmorency-Luxembourg. 6.100 fr. à Fontaine.
208. Fables nouvelles (par Dorat). La Haye, 1773, gr. in-8, mar. rouge, fil., tr.dor. (Derome). Grand papier. 1.600 fr.
210. Contes et nouvelles en vers, par J. de La Fontaine. Amsterdam (Paris, Barbou), 1762, 2 vol. in-8, fig. d’Eisen et Choffart, mar. citron à compart.de couleur, doublé de tabis rose, tr.dor. (Derome). Édition des fermiers généraux. Successivement, des bibliothèques du duc de La Vallière, de Naigeon, de Firmin Didot, de La Bédoyère (1837) et de J.-Ch. Brunet. Vient de H. Bordes. 13.000 fr. à Mercier.
217. La Muse historique, ou Recueil des lettres en vers escrites à S. A. Melle de Longueville (par Loret). Livre premier. Paris, Charles Chesneau, 1656, in-4, titre gravé, portrait, mar. rouge, compart., tr. dor. Aux armes de Mazarin. Provient du marquis de La Borde. 755 fr. à Fontaine.
225. Le Parnasse satyrique du sieur Théophile. (Amsterdam, les Elzeviers), 1660, pet. in-12, mar. rouge, fil., tr. dor. (Derome). Ex. de Charles Nodier et Pieters. 600 fr. à Potier.



230. La Bataille des rats et des grenouilles. Paris, Martin le Jeune, 1580, pet. in-8, mar. rouge, doublé de mar. brun à compart., tr. dor. (Chambolle-Duru). 299 fr. à Fontaine. [9.500 € Librairie Amélie Sourget, 2015]. Vient de Bordes (n° 243, 1872), passera chez Lignerolles (n° 756, 1894), puis Moura (n° 162, 1923).
231. L’Enfer de la mère Cardine. S. l., 1597, in-8, mar. citron doublé de mar. viol., dent., fil., tr. dor. Réimpression faite par Didot l’aîné, en 1793, sur peau de vélin. Provient de la vente Desq. 1.000 fr.
234. Choix de chansons, mises en musique par M. de La Borde. Paris, Delormel, 1773, 4 vol. gr. in-8, mar. vert, fil., tr. dor. (Derome). Estampes par J. M. Moreau. 1.555 fr. à Fontaine.
236. Il Petrarca, con l’espositione d’Alessandro Vellutello. Venetia, appresso Gabr. Di Ferrarii, 1544, in-4, fig. sur bois, compart., tr. dor. (Anc. rel.). Ex. de Canevarius, médecin du pape Urbain VIII, avec son emblème, Apollon sur son char gravissant le Parnasse. 755 fr. à Quentin-Bauchart.
240. Plauti Comoediæ viginti. Florentiæ, Ph.de Giunta, 1514, 1 tome en 2 vol. in-8, mar. bl., fil., dent. tr. dor. (Bradel). Ex. de Renouard et de Quentin-Bauchart. 150 fr. à Fontaine.
243. Œuvres de Corneille. Rouen et Paris, Ant. de Sommaville et Aug. Courbé, 1644-1647, 2 vol. pet. in-12, portr. et front., mar. bleu janséniste, doublé de mar. citron, compart. mosaïque, mar. vert et rouge, tr. dor. (Chambolle-Duru). Vient de H. Bordes. Édition originale. 4.000 à Gruel.
244. Œuvres de Corneille. Rouen et Paris, Toussainct-Quinet, 1648, 2 vol. pet. in-12, mar. r., fil., tr. dor. (Capé). 1.505 fr. à Fontaine.


246. Le Théâtre de Pierre Corneille, reveu et corrige par l’autheur. Rouen et Paris, Thomas Joly, 1664, 2 vol. in-fol., front. gr., portr., mar. rouge, tr. dor. (Duru-Chambolle). Véritable édition originale des Œuvres de Corneille. 9.000 fr. à Lécureux.
247. L’Illustre Théâtre de M. Corneille. Leyden (à la Sphère), 1644, pet. in-12, mar. rouge, dos orné et riches ornements à petits fers au milieu et aux angles des plats, doublé de mar. bleu, dent., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Vient de la vente Potier (4.000 fr.). Vient de H. Bordes. 6.600 fr. à Bachelin.
268. Les Œuvres de Monsieur Molière. Paris, Claude Barbin, 1666, 2 vol. in-12, front. gravés, mar. rouge, fil. comp. Du Seuil, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Vient de H. Bordes. 2.355 fr. à Fontaine.
271. Les Œuvres de M. Molière. Amsterdam, Jacques le Jeune (Daniel Elzevier), 1675, 5 vol. pet. in-12.- Œuvres posthumes, 1 vol. pet. in-12. Ensemble 6 vol., mar. r., dos orné, fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Provient de chez de Montesson et de la vente Potier. Vient de H. Bordes. 2.700 fr. à Rouquette.



273. Œuvres de Molière. Paris, P. Prault, 1734, 6 vol. in-4, fig., mar. rouge janséniste doublé de mar. olive, riches compart. à petits fers dorés en plein au pointillé, tête dor., non rogné (Chambolle-Duru relieur, Marius Michel doreur). Avec une pièce autographe signée de Molière. Vient de H. Bordes. 10.000 fr. à Decloux.
279. La Critique de l’Escole des femmes. Paris, Claude Barbin, 1663, in-12, mar. rouge jans., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Provient de la vente Huillard. 1.180 fr. à Fontaine.
284. Monsieur de Pourceaugnac. Paris, Jean Ribou, 1670, in-12, mar. r., tr. dor. (Duru). Édition originale. 1.500 fr. à Fontaine.
287. Œuvres de Racine. Suivant la copie imprimée à Paris (Amsterdam, Abr.Wolfgang), 1678-1691, 3 vol. in-12, mar. bleu, fil., dos orné, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). De la bibliothèque de Montesson. Vient de H. Bordes. 2.350 fr. à Fontaine.
304. Théâtre de M. Favart. Paris, Prault, 1746, 2 vol.pet. in-8, mar. rouge, fil., tr. dor. (Rel. anc.). Aux armes du maréchal de Saxe. Vient de H. Bordes. 600 fr.
308. Chronique et histoire faicte et composée par Révérend Père en Dieu Turpin, archevesque de Reims. Paris, Regnuld Chauldière, 1527, in-4 goth., mar. rouge, doublé de mar. bleu, riches compart. à petits fers, tr. dor. (Bauzonnet-Trautz). Première édition. Ex. de A. Bertin, Alfred Chenest et de Chedeau. 1.300 fr. à Gaiffe.
311. Sainct Graal. Paris, Philippe Le Noir, 1523, 2 tomes en 1 vol. pet. in-fol. goth. à 2 col., fig. sur bois, mar. rouge, doublé de mar. vert, larges dent., fil., tr. dor. (Duru). Provient de Yemeniz. 3.900 fr. à Olivier.
312. Perceval Le Galloys. Paris, Jehan Sainct-Denis et Jehan Longis, 1530, pet. in-fol. goth. à 2 col., fig. sur bois, mar. r. doublé de mar. olive, dent., fil., tr. dor. (Bauzonnet). Ex. du prince d’Essling et de Yemeniz. 5.800 fr. à Techener.
313. Perceval Le Galloys. Pet. in-fol. goth. à 2 col., fig. sur bois, mar. r., fil., comp., doublé de mar. r., larges dent., fil., tr. dor. (Simier). Titre refait. Vient de Yemeniz. 1.250 fr. à Techener.
318. Les Quatre Livres de M. François Rabelais. (A la Sphère, Hollande, Elzevier), 1663, 2 vol. pet. in-12, mar. rouge, fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Provient de Montesson. 700 fr. à Rouquette.



319. Œuvres de maître François Rabelais. Amsterdam, Jean-Fréd. Bernard, 1741, 3 vol. in-4, mar. citron, fil., dos orné, tr. dor. (Padeloup). Grand papier provenant des bibliothèques de Courtanvaux, Louvois, Paris, Radziwill et Odiot. 5.500 fr. à Portalis.
321. La Princesse de Clèves (par Madame de La Fayette). Paris, Claude Barbin, 1678, 4 tomes reliés en 2 vol. in-12, réglés, mar. citron, fil., dos orné, tr. dor. (Traitz-Bauzonnet). Édition originale. 1.650 fr. à Fontaine.
326. Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut (par l’abbé Prévost). Amsterdam (Paris), 1753, 2 vol. in-12, fig. de Gravelot et de Pasquier, mar. bleu, fil., doublé de mar. orange, dent., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). 1.335 fr. à Quentin-Bauchart.
334. Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, reine de Navarre. Amsterdam, George Gallet, 1698, 2 vol. pet. in-8, front. gr., fig. à mi-page, mar. citron, fil., tr. dor. (Padeloup). Aux armes du comte d’Hoym. Auparavant chez Du Fay, vient de la vente du baron Pichon. 805 fr. à Fontaine.
335. Heptaméron français. Les Nouvelles de Marguerite, reine de Navarre. Berne, Société typographique, 1780-1781, 3 vol. in-8, fig. de Freudenberg et fleurons par Dunker, mar. viol., fil., dos orné, tr. dor. (Derome). Provient de la vente Radziwill. 1.020 fr. à Baur.
341. Hypnerotomachia Poliphili. Venetiis, Aldus, 1499, in-fol., fig. sur bois, mar. rouge, larges dent, tr. dor. (Hardy). Un des plus beaux spécimens. 1.250 fr. à Maisonneuve.



346. Histoire de l’admirable Don Quichotte de la Manche (trad. par Filleau de Saint-Martin). Suivant la copie imprimée à Paris, chez Cl. Barbin (Hollande), 1681, 4 vol., front. et fig., et Amsterdam, P. Mortier, 1696, 1 vol., front. et fig. – Nouvelles aventures de l’admirable Don Quichotte de la Manche (trad. par Le Sage), Liège, J.-F. Broncart, 1705, 2 vol., front. et fig. Ensemble 7 vol. pet. in-12, mar. bleu, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Vient de la bibliothèque de Veinant. Relié depuis. Chiffre de La Villestreux sur les dos. Vient de H. Bordes. 1.000 fr. à Potier.
349. Recueil général des œuvres et fantaisies de Tabarin. Rouen, L. du Ménil (Hollande), 1664, pet. in-12, mar. rouge, fil., dos orné, dent. int., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. de Pieters. 225 fr. à Rouquette.
350. Recueil général des caquets de l’accouchée. S. l., imprimé au temps de ne plus se fascher, 1623, pet. in-8, front. gr., réglé, mar. vert, fil., tr. dor. (Padeloup). Ex. de Girardot de Préfond, de Nodier, de Baudelocque et de Montesson. Vient de H. Bordes. 810 fr. à Fontaine.
351. L’Éloge de la folie. S. l., 1751, in-12 tiré in-4, fig. d’Eisen, mar. r., dent. fil., tr. dor. (Padeloup). Grand papier. Vient de Quentin-Bauchrt. 425 fr. à Rouquette.
355. De la Beauté. Avec la Paulegraphie. Lyon, Barthélemy Honorat, 1587, in-8, mar. bleu, doublé de mar. orange, dos orné, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Vient de H. Bordes. 1.510 fr. à Fontaine.
358. Proverbes et dicts sententieux (par Charles de Bouvelles). Paris, Sébastien Nyvelle, 1557. L’Anthologie (par Pierre Breslay). Paris, Jean Paupy, 1574. En 1 vol. pet. in-8, mar. r., fil., comp., tr. dor. (Rel. anc.). Sur le dos se trouve l’écureuil de Fouquet sommé d’une couronne royale. Vient de Nervet, de Normandie, puis de Nodier. 505 fr. à Bachelin.
359. Epistolæ græcæ. Venetiis, apud Aldum, (1499), 2 part. en 1 vol. in-4, mar. r., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. de Yemeniz avec son chiffre sur les plats. 300 fr. à Fontaine.
366. Monteville compose par messir Jean de Moteville, chevalier natif Dangleterre. Lyon, Barnabé Chaussart, s. d., pet. in-4, fig. sur bois, mar. r., fil., comp. (Koehler). Provient des ventes Coste et Yemeniz. 255 fr. à Olivier.
371. Dictys cretensis de bello Troiano. Amstelodami, apud Joan. Janssonium, 1631, in-32, tit. gr., mar. r., fil., comp., tr. dor. (Le Gascon). Aux armes du cardinal de Richelieu. 400 fr.
375. Les Anciennes et Modernes Généalogies des roys de France. Poitiers, Jacques Bouchet, 1531, pet. in-4 goth., portr. gravé sur bois, mar. r., tr. dor. (Capé). Ex. de J. Coppinger et E. Odiot. 139 fr. à Rouquette.
376. Le Rozier historial de France. Paris, 1522, in-fol. goth. à 2 col., fig. sur bois, mar. r., fil., tr. dor. (Capé). Ex. de J. Coppinger. 510 fr. à Labitte.
380. Les Mémoires de messire Philippe de Commines. Leyde, Elzeviers, 1648, pet. in-12, mar. rouge, tr. dor. (Derome). Un des Elzévirs les plus recherchés. Vient de H Bordes. 1.230 fr. à Olivier.
384. Commentaires de messire Blaise de Montluc, maréchal de France. Paris, Adr. Beys, 1607, 2 tomes en 1 vol. in-8, mar. vert, fil., tr. dor. (Rel. anc.). Aux armes et au chiffre de Charles de Valois, duc d’Angoulème, fils naturel de Charles IX et de Marie Touchet. 220 fr. à Fontaine.
387. Mémoires de Gaudence de Luques (par Dupuy Demportes). Amsterdam, 1753, 4 part. en 2 vol. in-8, mar. r., large dent., dos orné, tr. dor. (Derome). Aux armes du maréchal duc de Richelieu. 165 fr. à Rouquette.
393. Les Vies des hommes illustres grecs et romains. Paris, Vascosan, 1567, 6 vol. in-8. – Les Œuvres morales et meslées de Plutarque. Paris, Vascosan, 1574, 6 vol. in-8. – Décade (par Ant. Allègre). Paris, Vascosan, 1567, in-8. Ensemble 13 vol., mar. vert, fil., dos orné, tr. dor. Ex. de Guyon de Sardière, du duc de La Vallière puis du baron Pichon (1.500 fr.). 1.005 fr. à Fontaine.
395. Histoire de Louis de Bourbon, second du nom (par Desormeaux). Paris, 1766, 4 vol. in-12, mar. r., fil., tr. dor. (Anc. rel.). Aux armes du roi Louis XVI encore dauphin. 230 fr. à De Ruble.